Le royaume du Bhoutan
Le Bhoutan a longtemps été un pays inconnu de l'Occident et mystérieux. Jusque dans les années 1970, quelques rares visiteurs occidentaux avaient pu pénétrer dans la pays: les premiers furent deux Jésuites portugais en 1627, suivis par quelques envoyés britanniques au 18ème, 19ème et début du 20 ème siècle, puis par quelques photographes et journalistes à partir des années 50. Le pays avait réussi à échapper à la grande vague colonialiste du 19ème siècle et préservait farouchement son indépendance en pratiquant une politique d'isolation vis-à-vis de l'Occident. Mais cette volonté ne fut pas la seule raison qui contribua à préserver le Bhoutan. Il faut se tourner vers la géographie.

Géographie et populations
Le Bhoutan aujourd'hui peuplé par 650.000 habitants, a une superficie de 47.000 kms2, à peu près la taille de la Suisse, et est situé à la latitude du Maroc. A peine 150 kms séparent la frontière sud avec l'Inde de la frontière nord avec le Tibet (Chine) et sur cette courte distance, l'altitude passe de 300 m à 7300 m. Le Bhoutan est donc un gigantesque escalier qui s'élève à partir de la moiteur des plaines de l'Assam et du Bengale en Inde pour atteindre l'air raréfié du grand Himalaya qui le sépare du plateau tibétain. Au sud des jungles impénétrables, au Nord, une barrière de montagnes, Le Bhoutan était donc naturellement protégé des agressions xtérieures.

Toutefois, aussi étrange que cela puisse paraître, il était plus facile d'accéder au Bhoutan par le nord que par le sud. Des cols perçaient la barrière himalayenne et les échanges pouvaient se faire de mai à octobre par des sentiers qui menaient en deux jours dans les vallées centrales. En revanche, entrer par le sud nécessitait plusieurs jours de marches dans des forêts tropicales inhospitalières et chaudes. Si historiquement, les échanges commerciaux ont existé avec le sud, c'est le Tibet qui a eu le plus de relations culturelles, religieuses et économiques avec le Bhoutan (cf. chapitre sur l'histoire). Situé à la frontière entre deux mondes, le Bhoutan put au cours des siècles développer une culture tout à fait unique qui en fait encore de nos jours l'un des pays les plus attachants et les plus originaux du monde.

La géographie du pays est complexe. Elle est tout d'abord marquée par des chaînes de montagne orientées Nord/Sud qui séparent les vallées où coulent des rivières. Les cols entre chaque vallée s'élèvent jusqu'à 4000 m, ce qui entraîna un repli des régions sur elles-mêmes, des particularismes locaux très importants et des difficultés certaines de communications. Schématiquement, du sud au nord, le pays se divise en trois grandes zones écologiques et de peuplement.

Mode de vie
L'économie du Bhoutan, si elle était fondée sur l'agriculture et l'élevage, était aussi très dépendante du commerce de proche en proche qui fonctionnait par le troc. Depuis les années 70, les échanges sont devenus de plus en plus monétarisés mais le troc se pratique encore dans des endroits reculés. Toutefois, il faut noter qu'il n'existait traditionnellement pas de classe commerçante; c'était certains paysans et les éleveurs eux-mêmes qui pratiquaient le commerce aux saisons qui le leur permettaient, c'est-à-dire en hiver avec l'Inde et au printemps et à l'automne, après la moisson avec le Tibet. Le système social de la vie en famille élargie permettait aussi l'absence d'un homme hors de la maison pendant plusieurs semaines.

En effet, à la campagne, on vit en famille élargie tandis que dans les villes, la tendance est à la famille nucléaire. Le Bhoutan est un pays au système matrimonial et familial très tolérant. Le mariage peut prendre des formes diverses: monogamie, polygamie (avec des soeurs), polyandrie (avec des frères) dans le nord et à Merak et Sakteng. Le mariage n'est pas un sacrement et le divorce a toujours existé, probablement rendu plus aisé par le fait qu'il n'y a pas de système de dot, que les femmes héritent au même titre que les hommes et gardent leurs biens et leur nom après le mariage. D'autre part, un garçon ou une fille étaient aussi bien accueillis à la naissance, et souvent on préfère les filles car elles ont la réputation de mieux s'occuper de leurs parents quand ils sont vieux. L'indépendance et la force de caractère des femmes bhoutanaises sont certainement une des caractéristiques les plus intéressantes de cette société. S'il y avait plusieurs fils, l'un d'eux partait au monastère autant par dévotion religieuse des parents que pour satisfaire la taxe monastique, aujourd'hui abolie. En outre, jusque dans les années 60, le monastère était le seul endroit où un enfant pouvait recevoir une éducation. Toutefois, le système était souple et si à l'âge adulte, un homme s'apercevait que la vie monastique ne lui convenait pas, il pouvait rendre ses voeux et sortir du monastère pour reprendre une vie laïque sans que la société ne réprouve son geste.

Tous les paysans du Bhoutan, sauf dans le nord, possèdent quelques poules, souvent des cochons noirs dont la chair est très appréciée - dans le sud des chèvres-, et un lopin de terre consacré à la culture de quelques légumes et en particulier des piments, qui est un légume à part entière et rend la cuisine bhoutanaise très relevée. L'utilisation du riz comme aliment de base se généralise à travers tout le pays et un Bhoutanais peut en manger jusqu'à 1kg par jour! Le riz est accompagné de ragoûts de légumes et de viandes, fraîches ou séchées, cuisinés avec une sauce très épicée. Le plat national est l'emadatsi, une sauce à base de fromage fondu dans laquelle ont cuit des piments. Les Bhoutanais sont traditionnellement peu friands de sucreries et les fruits sont mangés hors des repas. Le repas se clôt souvent par la mastication du doma, une chique de bétel, de chaux et de noix d'arec qui a des propriétés digestives et euphorisantes.

On boit généralement entre les repas ou avant le repas mais peu pendant le repas. Les boissons sont le thé salé avec plus ou moins de beurre selon les régions, le thé au lait sucré à l'indienne, et récemment parmi les classes aisées, le thé chinois, noir ou au jasmin. La consommation d'alcool est traditionnellement très importante aussi bien chez les hommes que chez les femmes. Il s'agit soit d'une sorte de bière faite à partir de céréales (orge, blé, millet, maïs) fermentées quelques jours ou d'ara, un alcool de céréales distillé.

Les Bhoutanais sont des bons vivants qui ont un sens de l'humour aiguisé et paillard. Le tir à l'arc est à la fois le sport, le passe-temps et l'activité sociale par excellence des hommes et les joutes s'accompagnent de nombreuses libations. Toutefois, si les femmes ne tirent pas à l'arc, elles participent aux compétitions entre villages ou équipes en dansant et chantant pour encourager leur équipe. Et elles ne se privent pas de se moquer des hommes de l'équipe adverse en les attaquant verbalement de façon crue et acérée afin de les déstabiliser.

Les grandes fêtes religieuses sont l'occasion pour toute une région de se retrouver et de renouveler sa foi en regardant les danses sacrées qui sont symboliques mais aussi didactiques. Les clowns font rire la foule par leurs pitreries souvent obscènes. Sacré et obscène coexistent toujours au Bhoutan. Ces fêtes sont aussi une occasion sociale où les villageois revêtent leurs plus beaux atours et bijoux, où les gens échangent des nouvelles et où les jeunes se rencontrent et flirtent sous le regard compréhensif des parents.

Une fête annuelle a aussi lieu dans chaque maison, en général l'hiver quand il n'y a pas de gros travaux agricoles, et elle rassemble famille et amis proches. Elle consiste en un rituel qui s'accompagne de lecture de textes. Exécuté par des religieux, il apporte des bénédictions et une protection pour la famille, les champs et le bétail. Chaque maison possède une pièce qui est une chapelle et qui sert aussi de lieu de réception pour les invités que l'on veut honorer. Travaux des champs et rituels divers ont scandé la vie des Bhoutanais pendant des siècles. Depuis 30 ans des transformations socio-économiques importantes ont quelque peu bouleversé cette façon de vivre séculaire.

Le Bhoutan aujourd'hui
Comment décrire aujourd'hui le Bhoutan aujourd'hui en évitant les clichés faciles qui le comparent toujours à une sorte d'Eden himalayen, à Shangrila ? Le Bhoutan est un pays si surprenant qu'il n'entre dans aucune catégorie bien établie.

 

 

Il y a quarante ans, c'était un pays fermé, pratiquant un isolationnisme voulu, encore médiéval dans ses structures et sans moyens de communications modernes. Aujourd'hui avec ses 600,000 habitants sur une superficie équivalente à celle de la Suisse et ses 540 US dollars de PNB qui est le plus élevé en Asie du Sud, c'est une nation ancrée dans le monde, membre de l'ONU et d'autres organisations internationales, entretenant des relations diplomatiques avec bon nombre de pays. Monarchie depuis 1907, le pays dispose d'un gouvernement composé de plusieurs ministres et d'une assemblée nationale de 150 membres ainsi que d'assemblées villageoises (1981) et de districts (1991). Ce sont des forums où les Bhoutanais font part de leurs propositions et où sont expliquées les décisions gouvernementales. Le Roi, Jigme Singye Wangchuck, eut en 1987 cette formule: "Je suis plus intéressé par le Bonheur National Brut que par le Produit National Brut". La population vit encore à 80% de l'agriculture et de l'élevage.

Le gouvernement emploie des fonctionnaires (environ 10.000) pour ses services administratifs ainsi que dans les domaines de l'éducation et de la santé qui sont gratuites et étatiques. Le secteur privé se développe depuis le début des années 1990 et les industries rapportent au gouvernement l'essentiel de ses ressources : agro-industries, cimenteries, carbide de calcium mais surtout centrales hydro-électriques qui exploitent seulement 10% du potentiel réel de 30.000 MW. L'électricité est exportée à 85% en Inde.

Le tourisme et ses revenus ne forme qu'une activité annexe pour le Bhoutan. Privatisé au début des années 1990, ce secteur est néanmoins étroitement contrôlé par le Tourism Authority of Bhutan (TAB) qui est le bras du gouvernement. Seuls les groupes sont autorisés et le forfait par jour est assez élevé ( environ 1000 FF).En 2000, 7000 touristes ont visité le Bhoutan.

Avec l'eau, la forêt est la richesse du Bhoutan. Essences tropicales, feuillus des régions tempérées ou conifères couvrent 72°/° du territoire ( 64°/° vers 1960). Dans ce secteur aussi, la politique gouvernementale est celle de la préservation et non de l'exploitation car les Bhoutanais sont conscients des ravages écologiques et économiques que provoque une exploitation forcené de l'or vert.

Ce souci de la protection de l'environnement en général se traduit au niveau gouvernemental par l'existence d'une Commission pour l'Environnement (NEC) qui formule les orientations et veille à l'application des décisions. Les parcs nationaux couvrent 26°/° du territoire et y vivent de nombreuses espèces protégées que ce soit du monde animal (daim porte-musc, mouton bleu, takin, léopard des neiges, grue à col noir) ou végétal (pavot bleu, rhododendron, gentiane, orchidées, plantes médicinales). Soutenu activement par le Fond Mondial pour la Vie sauvage (WWF), le Bhoutan veut être aujourd'hui un pays leader dans ce domaine.

Le Bhoutan entre aujourd'hui dans son huitième Plan quinquennal de développement et s'il a des ressources propres, elles sont actuellement insuffisantes pour financer les grands projets tels que les routes et les télécommunications, ainsi que les constructions d'hôpitaux et d'écoles, quatre objectifs prioritaires.

Il y a quarante ans, il n'y avait pas de routes, pas de téléphone, pas d'électricité, trois écoles primaires et deux petits hôpitaux. Aujourd'hui, les routes, l'électricité, le téléphone, le fax permettent de communiquer à l'intérieur du pays mais aussi à l'extérieur, même si ces services ne couvrent pas encore 100°/° de la population. Une compagnie aérienne,structures médicales existent, que ce soient des vrais hôpitaux, des dispensaires ou des cliniques mobiles .

Druk Air, dessert Delhi, Kathmandu, Calcutta, et Bangkok. 110.000 enfants sont scolarisés, une université a été créée et 660 structures médicales existent, que ce soient des vrais hôpitaux, des dispensaires ou des cliniques mobiles .

Ainsi, pour financer cette politique ambitieuse de développement, le Bhoutan fait-il appel à l'assistance financière et technique de plusieurs pays et organisations. L'Inde qui apporte sa contribution depuis 1961, le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), l'UNICEF, l'OMS, le Japon, l'Union européenne, la Suisse, le Danemark, la Hollande et la Norvège sont aujourd'hui les plus importants partenaires de coopération.

Ce développement, même mesuré et très contrôlé par la Commission du Plan, ne va pas sans les problèmes qui lui sont inhérents: urbanisation parfois sauvage et délinquance. Toutefois, à cause de sa population réduite, le Bhoutan a de bonnes chances de pouvoir contrôler ces problèmes. La capitale Thimphu ne compte que 50.000 habitants et n'a toujours pas de feux rouges. Cependant, le taux de natalité est trop rapide (2,5%) et le gouvernement encourage vivement le contrôle des naissances.

Deux autres problèmes, sans lien direct avec le développement, sont apparus ces dernières années. Le premier concerne plusieurs milliers de personnes d'origine népalaise qui vivent dans des camps au Népal et disent qu'elles ont été évincées de force du sud du Bhoutan entre 1990 et 1992. Le gouvernement bhoutanais dit que ces personnes soit sont parties de leur plein gré, soit ne sont pas citoyens bhoutanais. Les négociations entre les gouvernements népalais et bhoutanais pour résoudre cette situation n'ont pour l'instant pas abouti.

Le second problème ne concerne pas directement le Bhoutan qui s'y est trouvé impliqué par le jeu de la géographie. Les Bodos, une ethnie tibéto-birmane de la région de l'Assam (Inde) et qui vivent dans la région limitrophe du Bhoutan du sud-est, réclament depuis plusieurs années un état séparé. Cette agitation, dirigée contre l'Inde, est violente. Des groupes armés se cachent maintenant dans les jungles du Bhoutan et ont commencé des exactions au Bhoutan même. Cette situation inquiète beaucoup le gouvernement bhoutanais qui poursuit ces consultations avec l'Inde.

La prudence et la mesure qui caractérisent les orientations politiques bhoutanaises se retrouvent aussi dans la défense de la culture. Influencés depuis des siècles par la culture tibétaine qu'ils ont adaptée à leur pays et bouddhistes en majorité, les Bhoutanais sont fiers d'avoir une culture originale et revendiquent bien haut leur droit à la préserver. L'arrivée de la technologie permet l'informatisation de l'inventaires des biens culturels et religieux ainsi que du catalogue de la bibliothèque nationale. Un logiciel de dzongkha, la langue nationale, existe. L'Institut de médecine traditionnelle supervise un programme de culture et de traitement de plantes médicinales. Les arts sont enseignés dans des écoles spécialisées. Les maisons nouvellement construites doivent présenter des caractères architecturaux qui s'accorde avec le style du pays. Quant au bouddhisme du Grand Véhicule, Mahayana , qui est religion d'état, il joue un rôle prépondérant dans la formation du mode de pensée mais aussi dans la vie quotidienne.

Les religieux exécutent des rituels plus ou moins complexes lors des cérémonies officielles mais aussi pour les familles qui font appel à eux en toute circonstance. L'école religieuse officielle est l'école drukpa kagyupa mais une grande partie du centre et de l'est du bhoutan est d'obédience nyingmapa. Les deux écoles adhèrent aux mêmes principes fondamentaux mais se distinguent par des rituels et des traditions d'enseignement quelque peu différents. Le défi de vouloir l'équilibre entre développement et traditions caractérise aujourd'hui le Bhoutan. Mais le Bhoutan a depuis longtemps relevé un autre défi: celui de survivre et garder son identité entre deux géants, l'Inde et la Chine.

Nous Contacter pour information
Voyage d'aventure d'AHKE
Nyeekor Gang
Taba, Thimphu
BHUTAN
website: www.bhutanecoventure.com
email: info@bhutanecoventure.com

AHKE Adventure Travel .pdf en Francais ici .

Privacy Policy | Site Credits

 
 
logo
AHKE Adventure Travel
Room No. 136 ZHOMLHA COMMERCIAL BLDG. Changlam St. Thimphu, KINGDOM OF BHUTAN.
Mailing Address:  PO Box 1134, General Post Office Thimphu BHUTAN.
                  Tele Fax:  +975-2-33 63 35 / Mobile +975 1711 3748 
All contents © copyright 2006-2008 All Himalayan Kingdom Eco Adventure Travel, All Rights Reserved.
german   french   japanese